12 spécialités culinaires venues de Provence hautes en couleurs qui nous évoquent le soleil !

Par
931
Partages
imprimer

Imprimer

Aujourd’hui, cap vers le sud de notre beau pays, entre la Côte d’Azur et Marseille, où nous ferons l’inventaire des spécialités culinaires qui y sont les plus emblématiques, et on vous avoue que la tâche a été plutôt difficile, parce que des spécialités qui valent le détour dans le Sud, il y en a plein plein plein ! 
@Ricardphotography

On adore le sud, même si le coin nous énerve un peu parce que les paysages y sont magnifiques, et il y fait tout le temps chaud, pendant que nous, on se coltine la pluie, la tempête et les giboulées de mars en avril quand le karma est vraiment mauvais. Oui, c’est vrai, on est peut-être jaloux, en fin de compte.

Mais soit, le sud, c’est aussi l’acceng chantonnang de ses habitants, les pubs pour de l’huile d’olive avec Fernandel dedans, l’eau de mer couleur bleu azur, Plus belle la vie, le Cap d’Agde, Zidane, le Festival de Cannes, la pétanque et le pastis, le marcel blanc et les gourmettes autour du cou, Patrick Fiori, le bruit des criquets, et bien entendu, l’Olympique de Marseille (on ne pouvait pas ne pas l’évoquer, ne serait-ce qu’une fois).

Mais surtout, ces régions regorgent de spécialités aussi colorées que délicieuses, connues et reconnues dans les quatre coins du monde, et ce n’est pas un hasard, loin de là. Cette liste non exhaustive est garantie 100% souleil, chaleuuur et huileuh d’oliveuh (on ne sait pas très bien retranscrire l’accent par écrit, pardon).


1. La bouillabaisse. (À ne pas pas confondre avec la bourride !)
@slowburningpassion
La bouillabaisse est une spécialité internationalement connue, un peu la star des plats provençaux made in Marseille, si vous voulez. Il s’agit, pour ceux qui vivent dans une grotte ou bien dans le Cantal, d’un ragout présenté sous forme de soupe et composée de poissons.

Afin d’éviter toute bouillabaissegate, il est tout de même important de mettre les choses au clair en sachant différencier la bouillabaisse de la bourride. Tout d’abord, nous n’y mettons pas de lardons, ni de crème fraîche. Et la bourride, quant à elle, est composée uniquement de poissons blancs et d’aïoli, une sauce à l’ail que tous les Provençaux kiffent tellement leurs races qu’ils en mettent un peu partout, mais on y reviendra plus tard, si vous le voulez bien.


2. La salade niçoise.
@cookerei
Cette spécialité culinaire est elle aussi une superstar dans le monde entier, et pour cause, elle est souvent copiée mais jamais égalée. À base de tomates, d’oignons, de poivrons, de thon et d’œufs (pour ne citer que quelques ingrédients), elle est dispo dans les menus de tous les restaus que vous croiserez durant votre escapade ensoleillée, et entre nous, rien de mieux qu’une salade en terrasse accompagnée d’une citronnade en plein moins d’août pour se ressourcer.


3. Le pastis.
@culturefrançaise
On ne pouvait pas oublier le mystique pastis, très prisé lors des tournois de pétanques et des après-midis farniente à reluquer les fadas qui font les pitres dans la rue. Car il faut le savoir, le pastis, c’est une institution, dans ces contrées-là. Cette boisson alcoolisée parfumée à l’anis et à la réglisse, connue aussi sous le nom de jaune, fait des émules un peu partout en France du côté des amateurs de marcels blancs et de gourmettes, notamment.


4. Les navettes à la fleur d’oranger.
@journaldesfemmes
On ne quitte pas à Marseille et on fait un détour par la boulangerie afin de déguster ces délicieuses pâtisseries, généralement préparées pour la chandeleur afin de remplacer les crêpes. Similaires à des barquettes, ces biscuits, à base de farine, de sucre, d’œuf, de beurre et de fleur d’oranger, séduisent les papilles par leur originalité et leur simplicité. Et on en redemande.


5. La tapenade.
@happyvinewines
Avis aux amateurs d’apéro en terrasse ! Si les olives dures ne vous font pas vraiment envie (et vous avez tort, mais ça, c’est votre problème), il reste toujours la tapenade, cette spécialité marseillaise composée d’olives, de câpres, d’ail et de filets d’anchois, le tout broyé sous forme de purée, mélangé à de l’huile d’olive. Noire ou bien verte, elle est souvent consommée en tant que plat à part entière avec des légumes crus. Elle peut aussi être dégustée sur une tartine de pain, selon vos préférences.


6. Le pan-bagnat.
@entrezdansmacuisine
AAhh, le pan-bagnat, le casse-croûte préféré des pêcheurs… À chaque détour par le sud, impossible de résister à ce succulent sandwich made in Nice Beach, composé de crudités, de thon et d’huile d’olive, le tout dans un petit pain rond prévu à cet effet. Composé des mêmes ingrédients que la salade niçoise, le pan-bagnat en fait l’aliment transportable et pratique par excellence, et on le mange même ici, tellement on l’aime, le pan-bagnat.


7. La fougasse.
@annebetty
Non, « fougasse » n’est pas une pratique peu ragoûtante ou encore un terme du sud pour insulter votre mère. La fougasse est un plat emblématique, composé de pain à croûte molle épaisse et moelleuse. Réalisée à partir de levure de boulanger, d’huile d’olive (toujours !) et de farine blanche, la fougasse peut se déguster sucrée ou salée, et peut ainsi se décliner au gré de vos envies et de vos goûts !


8. L’aïoli.
@cuisineactuelle
L’aïoli, c’est un peu la sauce que les gens du sud s’arrachent. Cette sauce, qui ressemble à s’y méprendre à une mayonnaise, est en réalité l’atout essentiel d’un plat à base de morue et de légume, à savoir l’aïoli garni. Très simple à préparer et à personnaliser, il est omniprésent dans les plats préparés et apporte une touche unique au plat, en hiver comme en été.


9. La soupe au pistou.
@miramas
Si vous faites un détour par le sud, profitez-en pour déguster une soupe au pistou, véritable patrimoine culturel et culinaire de la ville de Nice. Concrètement, il s’agit d’une soupe avec des pâtes servie avec du pistou, qui est un mélange d’ail, d’huile d’olive et de basilic.


10. La pissaladière.
@cookdiary
La pissaladière, c’est un peu LA pizza made in Nice, avec de la pâte à pain composée d’un lit d’oignons que l’on doit faire cuire pendant un certain temps longtemps afin de le réduire en « compote ». Mais la vraie recette se fait avec du pissalat, une pâte salée à partir de sardines et d’anchois. Un mélange détonnant, à déguster absolument !


11. La ratatouille.
@atelierdeschefs
Popularisée dans le monde entier grâce au film d’animation Ratatouille, réalisé par les studios Pixar, la ratatouille, plat composé de légumes coupés en rondelles, a été maintes et maintes fois testée, copiée, revisitée, mais jamais égalée ! À noter que dans le film, le fameux plat cuisiné n’est autre qu’un tian de légumes, qui diffère de la ratatouille par sa cuisson (au four) et par sa disposition (les légumes sont disposés en forme de rosace).


12. La tropézienne.
@lesdélicesdejeanmi
La tropézienne est surtout le fruit d’une histoire peu banale. En effet, sur le plateau du film de Roger Vadim, Et Dieu… créa la femme, un boulanger de Saint-Tropez fait goûter le gâteau brioché à la crème parfumé à la fleur d’oranger de sa grand-mère à l’équipe du tournage. Séduite, l’actrice Brigitte Bardot lui demande même de le renommer « tarte de Saint-Tropez ». Finalement, le boulanger est resté sur la « tropézienne ». Et franchement, ça pèse !

D’autres spécialités à nous proposer ?
Découvrez notre recette : Cake banane-caramel en vidéo
Commentaires