En Bretagne, cet élevage de porcs moderne lutte contre le gaspillage et prône la traçabilité des produits

Bouton whatsapp

En Bretagne, Lydia élève avec son mari 350 truies. Alimentation, hygiène, conditions de vie des cochons : elle nous explique son quotidien avec ses animaux. Rencontre.

Lydia est éleveuse de porcs en Bretagne. Elle a commencé son activité en 2009, en reprenant l’exploitation de ses parents, partis à la retraite.

En France, les éleveurs de porcs ont le choix entre trois systèmes d’élevage différents : en bâtiment sur caillebotis, en bâtiment sur paille ou en plein air. Le choix du mode d’élevage se fait en fonction des caractéristiques de l’exploitation et des aspirations de l’éleveur.

Un élevage de porcs moderne

Avec l’aide de son mari Sébastien, Lydia s’occupe quotidiennement de 350 truies, qu’elle élève dans un bâtiment fermé.

« J’ai choisi, comme 95% des éleveurs français, d’élever mes cochons en bâtiment fermé pour avoir une meilleure gestion de leur confort en température, été comme hiver, explique Lydia. Ils n’ont pas le pelage adapté pour l’hiver, et ils n’ont pas suffisamment de pelage non plus pour les protéger du soleil. »

L’alimentation des porcs évite de gaspiller

Dans l’exploitation de Lydia, les cochons sont nourris avec 75% de céréales issues de l’exploitation, comme du blé, du maïs ou de l’orge, 22% de produits oléoprotéagineux comme du colza ou du tournesol, et 3% de vitamines et de minéraux.

Les céréales récoltées dans l’exploitation de Lydia sont stockées en grains, qui sont ensuite broyés et transformés sous forme de farine mélangée à de l’eau et donnée aux cochons. Ces céréales sont complétées avec des tourteaux d’oléagineux comme le colza et le tournesol pour les protéines qu’ils apportent. Cela permet d’éviter le gaspillage alimentaire, puisque les porcs mangent les restes des graines que les hommes ne consomment pas.

« On va pouvoir incorporer dans la ration alimentaire [du porc] des co-produits qui ne sont pas consommés par l’homme, détaille Lydia. La graine de colza est pressée, on en retire l’huile pour notre consommation, et tous les déchets de la graine vont être incorporés dans la ration du cochon, et vont lui apporter les protéines nécessaires. On sait ce qu’ils consomment comme aliments, on les nourrit, on sait ce qu’on leur donne. On a quand même une proximité beaucoup plus facile pour veiller à leur bien-être. »

Aucun antibiotique n'est donné aux porcs

Quel que soit le mode d’élevage, tous les éleveurs de France doivent respecter des normes d’hygiène, de sécurité sanitaire et de traçabilité des produits.

L’élevage de Lydia met un point d’honneur à suivre ces normes d’hygiène. Lorsque les personnes qui travaillent auprès des porcs entrent dans l'exploitation, elles enlèvent leur tenue de civil, prennent une douche, mettent une tenue de travail propre et adaptée. Un pédiluve est également installé, et les éleveurs lavent leurs mains très régulièrement.

« Il y a un travail rigoureux, tant sur le sanitaire de l’élevage que sur l’hygiène de ceux qui y travaillent, c’est une rigueur constante », affirme Lydia.

Concernant la santé des porcs, aucun antibiotique ne leur est donné depuis que le bâtiment a été construit en 2014. En France, depuis plusieurs années, les éleveurs essaient de réduire au maximum le recours aux antibiotiques, qui a baissé de 54% entre 2011 et 2019 dans le pays. Un pari réussi pour Lydia, qui n’en a donné aucun à ses cochons et qui préfère utiliser des alternatives comme les huiles essentielles, les cures aux plantes et les vaccins.

Des produits tracés grâce au label « Le Porc Français »

Grâce à la traçabilité, il existe plusieurs moyens de savoir d’où provient la viande que l’on achète. Dans un élevage, tous les porcs possèdent un numéro d’identification, pour savoir de quel endroit il provient. Si l’élevage est situé en France, le numéro comportera la mention FR, suivi du numéro de département et des trois lettres (ou chiffres) propres à l’élevage.

Dans un abattoir, le numéro correspondant à l’établissement est apposé sur les quatre pièces principales de la carcasse de l’animal, qui sont le jambon, l’épaule, la longe et la poitrine. Si la viande est achetée dans le commerce, il est possible de voir d’où elle vient en regardant le numéro du lot, l’estampille sanitaire, les lieux d’abattage et de découpe de l’animal ou encore les numéros d’agrément sanitaires.

La viande de Lydia se distingue quant à elle avec le logo « Le Porc Français », un gage de qualité qui informe que la viande est 100% française.

« Le logo Le Porc Français est gage de qualité. Cela veut dire que le cochon est né, élevé, abattu et transformé en France. C’est une garantie et une sécurité alimentaire », conclut Lydia.

Bouton whatsapp
Inscrivez-vous à la Newsletter de Demotivateur !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter